Voir l'ensemble des nouvelles

Les 4 rôles de l’accompagnateur

3 mars 2016

L’accompagnateur peut jouer plusieurs rôles. Voici un portrait textuel et schématique des 4 rôles qu’il incarne.

L’accompagnateur s’assure du bon déroulement du processus de transfert en aidant à réduire ou à résoudre les difficultés qui font obstacle à l’appropriation des savoirs et à leur application. Il s’applique à favoriser un changement et met l’accent sur le processus d’apprentissage.

Comment favorise-t-il les changements?

Pour atteindre les objectifs visés par l’accompagnement, l’accompagnateur joue 4 rôles complémentaires.

Le catalyseur 

Dans son rôle de catalyseur, l’accompagnateur favorise le questionnement réflexif et l’analyse des pratiques dans l’action et par l’action. Il suscite la réflexion, l’analyse et le regard critique des employés sur leurs pratiques. Il facilite les choix de savoirs théoriques et pratiques, l’expérimentation, la transformation de l’action et la réflexion critique. Il guide la personne accompagnée dans ses questionnements, ses réflexions et ses échanges avec les autres personnes accompagnées. Il aide celle-ci à verbaliser ses actions et à déceler les problèmes qu’elle rencontre dans sa pratique. Il aide la personne accompagnée à s’autoévaluer en faisant le point sur sa démarche et sa progression.

Pour favoriser le questionnement réflexif, l’accompagnateur doit :

  • susciter la réflexion sur la pratique ;
  • ouvrir de nouvelles pistes de réflexion et d’action ;
  • susciter le doute, ébranler les idées, les croyances, les représentations et les pratiques ;
  • amener la personne accompagnée à réinvestir les éléments de réflexion dans ses actions.

Le facilitateur

L’accompagnateur apporte un soutien à des personnes en réflexion professionnelle afin qu’elles puissent cheminer dans la construction de leurs connaissances et l’amélioration de leurs pratiques. En collaboration avec la personne accompagnée, il se soucie de bien identifier les besoins et de chercher avec elle la façon d’y répondre. Il aide la personne accompagnée à activer ses connaissances antérieures, à établir des liens avec les nouvelles connaissances et à transférer le fruit de ses apprentissages en situation réelle.

L’accompagnateur n’est pas le maître. Il ne prend pas en charge la personne accompagnée et il ne la précède pas. Il est centré sur la façon de conduire, de guider la personne accompagnée sans lui donner un rôle de suiveur.

L’accompagnateur établit une relation d’aide qui amène la personne accompagnée à grandir et à se développer et une relation de coopération qui encourage le cheminement de l’autre. L’accompagnateur fait appel à l’art d’être avec, d’être à côté de l’autre dans une perspective d’avancement. Il adopte des attitudes stimulantes et encourageantes et il pratique la rétroaction positive et constructive.

L’accompagnateur joue également un rôle de facilitateur. Il anime la démarche. Il offre le matériel et les services nécessaires pour répondre aux besoins de la personne accompagnée. Il fournit des outils de suivi et d’évaluation. Sans être « expert », il peut conseiller la personne accompagnée en lui proposant des éléments de réponse à ses questions : il lui fournit les cadres et les outils conceptuels nécessaires afin qu’elle puisse se construire un jugement de manière autonome; il l’oriente vers les ressources et les connaissances qui lui seront utiles dans la résolution de ses difficultés.

L’animateur

Au sein d’un groupe, l’accompagnateur est le gardien de la démarche, du climat de confiance et de la rigueur. Il tient compte des interactions entre les individus au sein du groupe. Il maintient de bonnes relations sociales entre les participants pour atteindre les objectifs visés. Il questionne et favorise les échanges entre les personnes accompagnées dans une dimension réflexive. Il s’assure de créer un climat propice aux échanges et de doter le groupe d’un code d’éthique.

L’agent de transfert des connaissances

Le processus d’accompagnement implique un va-et-vient entre la pratique et la théorie. Comme agent de transfert des connaissances, l’accompagnateur assure l’accès, au moment opportun, à des connaissances pertinentes et adaptées. Il assure des conditions propices à la dissémination et à la réception des connaissances. Il illustre les connaissances par des applications possibles. Il soutient les expérimentations. Il soutient l’élaboration et la mise en œuvre des modalités et des outils (suivi, évaluation), et suggère au besoin des ajustements.

____________

Source : Groupe de travail sur les rôles, responsabilités et enjeux du transfert de connaissances en éducation

Crédits : Pierre POTVIN, professeur associé, Département de psychoéducation, Université du Québec à Trois-Rivières, consultant en éducation et en psychoéducation.

Partagez la nouvelle: