Voir l'ensemble des nouvelles

Le visage de l’accompagnement

19 mars 2016

L’accompagnateur contribue au développement des compétences et à l’amélioration des pratiques dans le but de favoriser la réussite éducative des élèves. Mais quels objectifs poursuit-il?

L’art d’accompagner porte sur deux assises : la relation interpersonnelle et l’analyse des pratiques.

L’art d’accompagner repose entre autres sur les compétences de l’accompagnateur en matière de relations interpersonnelles. Ces compétences sont la sollicitude, l’art de l’écoute, le questionnement et la rétroaction. L’accompagnateur doit faire preuve de constance. Il doit porter une attention particulière à chacun et prendre en compte le point de vue de la personne accompagnée. Il doit être en mesure d’établir une relation d’interaction basée sur la sollicitude qui tient compte du déséquilibre causé par le changement et de la dimension affective de la personne accompagnée.

L’accompagnateur est une personne d’expérience en éducation dont la principale expertise est l’accompagnement. En principe, l’accompagnateur est ou devient expert du processus, des étapes, des techniques d’animation et des différents rôles propres à l’accompagnement.

L’accompagnateur doit avoir les compétences pour conduire, guider ou seconder afin de favoriser la réflexion critique et le développement professionnel de l’employé. L’accompagnateur amène la personne accompagnée dans une démarche de réflexion critique qui porte sur l’analyse de ses pratiques. Il aide la personne accompagnée à :

  • vérifier l’adéquation de sa pratique par rapport au problème déterminé;
  • questionner les améliorations à apporter à une pratique en place ou à une pratique à mettre en œuvre;
  • vérifier l’efficacité de la pratique dans sa mise en œuvre et dans les conditions de mise en œuvre;
  • vérifier si la pratique a été évaluée et si son efficacité a été démontrée.

Quels objectifs poursuit-il?

Voici six objectifs démontrant la visée de l’accompagnateur :

  1. Centrer ses interventions sur la réflexion critique, l’autorégulation, le développement des compétences professionnelles au regard de sa pratique et sur l’utilisation de pratiques pertinentes et efficaces;
  2. Viser le développement professionnel de la personne accompagnée en faisant appel à un processus de changement et de transformation et en utilisant une approche de collaboration, de coopération qui permet peu à peu d’améliorer les pratiques;
  3. Favoriser le développement professionnel par l’action et l’expérimentation de la pratique améliorée ou nouvelle;
  4. Viser le développement de l’autonomie au regard des responsabilités propres à la profession de la personne accompagnée, en impliquant une dimension théorique et pratique;
  5. Intégrer différents types de savoirs (savoirs théoriques, savoir-être et savoir-faire);
  6. Viser à maintenir ou à améliorer les compétences de la personne accompagnée afin de développer ses aptitudes, de l’aider à s’adapter à une situation nouvelle ou de l’aider dans sa prise de décision ou la résolution de difficultés.

____________

Source : Groupe de travail sur les rôles, responsabilités et enjeux du transfert de connaissances en éducation

Crédits : Pierre POTVIN, professeur associé, Département de psychoéducation, Université du Québec à Trois-Rivières, consultant en éducation et en psychoéducation.

Partagez la nouvelle: